Élevage de poulets biologiques

Élevage de poulets biologiques post thumbnail image

Aujourd’hui, les produits sont cultivés à l’aide de méthodes artificielles et malsaines dans le but de réduire les coûts et de maximiser les profits. Au fil des ans, l’importance de l’agriculture biologique s’est considérablement accrue en raison d’une meilleure compréhension des effets sur la santé et de l’éthique. Cela a entraîné une forte demande de produits biologiques, notamment de poulets pour la viande et les œufs.

On peut donc se demander ce qui distingue les poulets biologiques des poulets non biologiques et quelles méthodes les agriculteurs peuvent utiliser pour s’assurer que leurs poulets sont élevés de manière biologique. La confusion sur ce qui constitue les poulets et l’élevage biologiques n’est pas seulement réservée aux consommateurs, mais aussi aux agriculteurs eux-mêmes. Ce billet fait la lumière sur la désinformation.

Quelle est la différence entre les poulets biologiques et non biologiques ?
On considère généralement que les poulets biologiques sont plus sains et plus heureux que les poulets non biologiques. En général, les poulets non biologiques se voient souvent injecter des stéroïdes, des antibiotiques et d’autres aliments qui leur permettent de prendre du poids plus rapidement. Ces méthodes d’élevage artificielles sont à l’origine de la réputation de mauvaise santé des poulets non biologiques.

L’élevage de poulets biologiques consiste à laisser vos poulets manger librement dans votre cour ou votre jardin. Cela n’est pas nécessairement biologique, car le terme peut avoir une signification différente pour chaque éleveur. Toutefois, les directives de la Soil Association, qui est approuvée par le gouvernement britannique, établissent un critère pour l’agriculture biologique. Tous les agriculteurs qui souhaitent élever des poulets biologiques doivent répondre à ces critères pour que les œufs et la viande soient distribués et vendus sous le label biologique.

Les principaux facteurs qui différencient les poulets biologiques des poulets en liberté sont au nombre de quatre : la génétique, la quantité de poulets, les antibiotiques et la nourriture.

Génétique

La génétique joue un rôle important en déterminant la vitesse à laquelle les poulets peuvent prendre du poids. Les poulets non biologiques sont généralement achetés dans des magasins qui n’ont pas reçu d’aliments biologiques dès le deuxième jour. Les poussins biologiques, en revanche, doivent provenir de couvoirs conventionnels ou de volailles issues de filières biologiques établies.

Quantité de poulets

Le nombre de poulets empilés par poulailler est également un facteur important. Normalement, dans l’élevage non biologique, les poulets en grande quantité sont placés près les uns des autres pour minimiser les coûts. Cependant, comme ils sont placés si près les uns des autres, la probabilité de maladies et d’affections est plus élevée.

Dans l’élevage biologique, en revanche, un espace suffisant est assuré pour améliorer le bien-être des poulets, ce qui réduit également les risques de maladies. Bien que les coûts soient plus élevés, les poulets élevés biologiquement ont tendance à être plus heureux.

Utilisation d’antibiotiques

Les antibiotiques sont généralement utilisés dans l’élevage non biologique pour réduire les maladies. Toutefois, le problème est que les agriculteurs les utilisent principalement à titre préventif. En fait, les 14 premiers jours d’un poulet sont consacrés à l’alimentation aux antibiotiques afin qu’il ne soit pas capable d’entretenir des maladies. S’il est vrai que des mesures doivent être prises pour traiter les maladies, l’utilisation massive d’antibiotiques a de graves conséquences sur la santé lorsque nous mangeons.

En revanche, les poulets biologiques bénéficient d’un environnement parfait en évitant la surpopulation. Les cas de maladie sont donc moins nombreux.

Alimentation

Outre les antibiotiques, il faut veiller à ce que les aliments utilisés proviennent de sources biologiques. L’injection de stéroïdes et d’additifs est strictement interdite. En revanche, l’utilisation d’ingrédients et de produits chimiques pour le lavage des œufs, tels que le carbonate de sodium, le peroxyde d’hydrogène et l’hydroxyde de potassium, ne présente aucun danger.

Related Post