4 choses que vous ne saviez peut-être pas sur les accords de règlement

4 choses que vous ne saviez peut-être pas sur les accords de règlement post thumbnail image

Que vous soyez un employeur qui conclut régulièrement des accords de règlement ou un employé à qui l’on vient d’en proposer un pour la première fois, vous avez probablement encore des choses à apprendre.

Dans ce blog selon les Huissier, expert en constat avant travaux et affichage permis a Colombe,, vous découvrirez quelques éléments que vous ne connaissiez peut-être pas.

Un accord à l’amiable n’est valable que si l’employé a bénéficié d’un conseil juridique.

L’objectif d’un accord de règlement est que l’employé renonce à tous ses droits d’intenter une action en justice. L’employé risque donc de renoncer à des droits qu’il ne comprend peut-être pas entièrement. L’obligation pour l’employé d’obtenir un conseil juridique vise à empêcher un employeur de profiter injustement d’un employé. Toutefois, l’obtention d’un bon conseil juridique présente d’autres avantages pour l’employé. Il n’y a pas d’obligation correspondante pour l’employeur d’obtenir des conseils juridiques – le gouvernement a estimé que les employeurs sont assez grands pour s’occuper d’eux-mêmes !

Il n’y a pas d’obligation légale pour le conseiller juridique de l’employé de signer l’accord.

Bien que le conseiller juridique doive être identifié dans l’accord de règlement, la loi n’exige pas vraiment que l’avocat signe. Toutefois, la plupart des accords de règlement prévoient que le conseiller signe un certificat confirmant que le conseil a été donné. Cela permet de lever tout doute sur le fait que l’employé n’a pas été correctement conseillé.

Les accords transactionnels peuvent être utilisés même si l’emploi de l’employé ne prend pas fin.

Bien que le contexte habituel d’un accord de règlement soit la cessation d’emploi d’une personne, il peut être utilisé dans d’autres circonstances. Certaines plaintes, telles que la discrimination ou la rupture de contrat, peuvent être déposées même si l’employé est toujours en poste. Parfois, une plainte peut être déposée même s’il n’y a jamais eu d’accord d’emploi, par exemple lorsqu’un employé potentiel allègue qu’il y a eu discrimination dans le processus de recrutement.

Les accords de règlement peuvent être utilisés dans toutes ces situations. Cependant, il existe un piège pour les imprudents ! Les exonérations fiscales qui s’appliquent généralement aux indemnités versées à la fin de l’emploi d’une personne ne s’appliquent pas si l’emploi se poursuit.

Un accord à l’amiable n’est pas le seul moyen de régler un conflit de travail

La loi limite les moyens dont disposent les employés pour régler les conflits du travail. Toutefois, un accord de règlement n’est pas le seul moyen.

Cliquer ici pour d’autres articles !!!

Related Post